les aventures de pessah selon Chloé

Publié le par chloe et helene

Certains ont revendiqué ardemment la rédaction d'un article vraiment personnel, pas genre ce que je pense personnellement d'une expo ou d'un film mais de vrais sentiments, de vrais ragots!!! Vous n'allez pas être déçus...Un défi: une soirée en famille pour le premier soir de pessah! Les noms de personnes et de lieux sont fortement inspirés de la réalité: vive le copyleft!!!

Pour ceux qui ne connaissent vraiment rien à la religion: pessah, c'est la pâque juive. D'ailleurs Hag Sameach!!!Pour ceux qui connaissent juste rien: pessah, c'est très compliqué. Une interdiction alimentaire fondamentale: ne pas manger d'aliments à base de levure de blé. C'est-à-dire?

"Allo Noam - notre nouveau RoomatCH - , tu pourrais me dire plus précisément ce qu'on peut manger et ce qu'on ne peut pas manger?"
"Alors, chez les aschkénases et chez les séfarades, c'est différent!"
"AAAAAAAAAAAAAHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHH"

Au départ, on devait faire un petit pessah tranquille à la maison, tranquille parce que Noam devait tout préparer. Hélène - la deuxième RoomatCH - l'a finalement un peu aidé: vous allez d'ailleurs très prochainement admirer le résultat dans la série FrenCHef. Et puis, Gilbert - mon grand oncle - débarque à PariCH: pas vraiment pratiquant, il aime respecter quelques traditions. Il fait une sorte de pessah à la carte: la règle, pour pessah, de la viande Cacher et des aliments sans levure de blé. Comment trouver un resto cacher ouvert pour le premier soir de pessah?

"Allo mamie, tu pourrais m'indiquer un resto ouvert pour le premier soir de pessah"
"Mais, venez à la maison, j'ai largement de quoi vous nourrir" (c'est ca qui nous fait peur...)
"Non, mamie, en fait, on ne peut pas........................................."
"Pour pessah, tout est fermé mais vous pouvez allez chercher un repas à emporter chez Charles à Corentin Cariou"
"Merci mamie"

Gilbert veut aller au resto (nous ne sommes pas plus avancés). Il propose d'aller manger du poisson. Pourquoi pas? Il trouve finalement une brasserie proposant une carte avec du poisson à Ternes!
"C'est à l'autre bout de Paris" rétorque Anna desespérée "Clara - ma nièce de 3 ans - est fatiguée et moi aussi!"
Ce n'est pas du sang familial. La belle-soeur n'a pas son mot à dire!

L'aventure familiale continue...Un rendez-vous familial  - j'ai quand même introduit mon amie Sophie, en direct de Lausanne - au métro Couronne, un trajet dans un métro bondé dans la ligne 2. L'atmosphère se détent. Un petit garçon franco-allemand tente de draguer ma nièce en lui donnant des petits coups de voiture et en chantant des petites contines hardrock pendant que ma nièce chante avec sa petite voix "Frère Jacques, Vaquirac...."

Arrivée au métro Ternes! Grande brasserie avec des néons rouges.


Gilbert nous attend. Plutôt chic, plutôt guindé, des serveurs pas très aimables (pour le prix, ils pourraient faire un effort). Le serveur nous propose un menu à base de homard ( pas très cacher, mais bon...). Il revient 5 minutes plus tard:
"Finalement, il n'y a plus de homards!!!"
Bon, c'est pas grave. On demande un plat adapté pour la petite, genre du cabillaud avec des frites.
"Nous n'avons pas de cabillaud. Nous n'avons que du poisson frais et le cabillaud n'aurait pas été assez frais"
Gilbert, un peu provocateur "Alors, nous ne pouvons pas prendre de choucroute de poissons - à base de cabillaud, de bar, de saumon et de crevettes- "
"EUHHHHH, si!!!" Cassé! Comme diraient mes petits cousins.
Le service laisse un peu à désirer! Un bon moment en famille! Clara danse devant la glace, admire les crustacés puis revient en pleurant:
"Le serveur m'a fait mal OUIN OUIN OUIN"



"Va lui donner un coup de pied" rétorque Gilbert. Dans la famille c'est "oeil pour oeil, dent pour dent".
"La violence ne mène à rien. Il n'a pas fait exprès" Anna essaie de rattrapper le coup. Clara a trouvé un juste milieu. Elle tourne autour du serveur, le regarde, le suit...

Le dessert vaut par contre le détour, notamment les profiteroles à base de choux maison, de chocolat noir fondu et de glace à la vanille (en même temps, ce n'est pas trop difficile).
Il est 11h, l'heure d'aller se coucher. Un retour en famille dans le métro. Tout le monde est détendu. Tout le monde est repus.

Petite anecdote du métro pour les grand-mères: après avoir fait la pause photo-chapeau dans le métro



un individu se dirige dans notre compartiment pour quémander quelques euros. Ce soir, les parisiens ne sont pas très généreux. Gilbert aimerait bien donner mais il ne veut pas nous demander "YA la petite, j'ai des principes!!!". L'individu ne supporte pas les radins - et on le comprend - "mais vous me prenez pour un clodo, je suis dans la galère et oui je galère, ca peut arriver à tout le monde". Il poursuit sa route. L'air de rien, Clara a tout enregistré et la voilà qui prend l'accent du tierquar "ouah, c la galère". Nous apprécions particulièrement sa petite moue. A raconter, ce n'est pas très drôle mais plutôt mignon, n'est-ce pas?

Bon belle-soeur, j'ai relevé le défi?

Chloé

PS: les photos attendent le retour de Gilbert

Publié dans citedulabyrinthe

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Mymy 17/06/2015 12:42

Vraiment dommage de penser faire Pessah, en ne faisant absolument rien de Pessah : histoire (haggadah) et repas.
Et pour donner l'exemple à la petite gamine, c'est râpé.
Il faut savoir qu'il y a TOUJOURS des communautés ouvrant leurs portes, leurs tables pour Pessah. C'est une obligation et une bonne action en même temps. Il suffit (!) de se renseigner un peu à l'avance pour s'y inscrire.
C'est une fête hyper importante et en plus, très sympathique en famille ou en groupe.
En espérant que les prochaines fois, toutes les prochaines fois, seront respectées.
Bonne suite à vous'

Anna 03/04/2007 15:31

Ok, défi relevé… Mais voyons la même chose raconté différemment.
 
Dans la famille, sachez donc ça, on fête toujours la « Pas-ça ».
Une fête qui dit bien son nom : mange pas ci, mange pas ça. Même si c’est bon.
Manger n’est pas une mince affaire, malgré l’air frêle du grand frère.
Manger demande de la fantaisie, c’est ce que le blog des FrenCHef nous dit.
Manger c’est bon, sauf le cochon, affirme ferme le grand-tonton.
Manger, manger, réclame la petite fille, oui mais des frites qui croustillent.
Manger ce soir, mais quelle galère, soupire la belle-sœur (femme du grand frère).
Manger, d’accord, mais ce soir, avec votre Pas-ça, vous avez l’air bizarres
(se faisait la remarque la belle Sophie qui s’est retrouvée de la partie)
Tout ce tintouin, tout ce tintamarre, pour se trouver un resto del mar.
Et nous y voilà, dans ce lieu si fameux,
Pas cacher, assez cher,
Et très prometteur pour ne rien vous cacher.
Un verre de vin plus loin, tout va bien.
On a bon caractère, c’est alimentaire
Le Pas-ça s’arrondit, à coups de compromis :
Une choucroute ? My God, vous n’y pensez pas ! Mais « choucroute de la mer », c’est tout de suite plus sympa.
Un tartare ? C’est bizarre pour un soir de Pas-ça. Toutes ces bêtes égorgées, est-ce que c’est sans danger ? Un tartare de bar ? Ca redonne de l’espoir.
Mais pas de pitié pour les frites !
Elles seront dévorées par ma fille adorée qui s’en fiche des règles écrites.
Nous voici ce soir-là conciliant nos envies :
Dévorer
Célébrer
Retrouver
Savourer
Fatigués mais ravis.
Célébrons, célébrons, sans répit, sans critiques,
Le Pas-ça, fête gourmande et fête œcuménique !