designLab : "salon maison et objet"

Publié le par chloe et helene

 

Temple de l'objet, du plus contemporain (espace now) à "l'ethnique chic", le salon "maison et objet" est reconnu dans le monde entier pour son offre inégalée de nouveautés, de styles et d'ambiances. Les professionnels l’arpentent de long en large dans l'espoir d'y dénicher leurs futures collections, de décrypter la nouvelle tendance de la saison à venir. Pour cela, les bureaux de styles ont disséminé quelques indices dans trois espaces. 

L'espace Happycalypse de François Bernard est dédié au détournement et à l'humour noir. Les objets sont subversifs, décalés, provocateurs: des formules magiques pour attirer les consommateurs et conjurer les mauvais sorts, des têtes de mort et des squelettes pour assumer avec dérision ce face à face avec la mort.

Elizabeth Lerich a conçu un espace "Festin", qui commence par un banquet de « l’innocence retrouvée » dans un décor blanc immaculé. Bougeoirs, couverts et assiettes: tout est recouvert de pureté. Par un revirement de couleur, la blancheur cède alors la place à une sombre « célébration des ténèbres ». C'est en vain que le visiteur cherche à distinguer à travers une pénombre inquiétante les objets disposés sur la table. Et la lumière fut! Le  festin se termine alors par une « mise à feu », un rouge flamboyant embrase la pièce. Morale de l'espace: chaque couleur évoque un univers, la libération du formalisme des couleurs passe donc par un changement radical de décor.  

Enfin, le visiteur peut aller se ressourcer dans l'espace Funk Shui, conçu par l’agence Nelly Rodi: un cocktail festif entre disco revival et néo cabaret! Strass et Paillettes habillent les objets. Bonheur et Désir s'imposent aux visiteurs à coup d’arc en ciel, de fleurs et de boules à paillettes.

 Entre boboisme, hédonisme et euphorisme, cette nouvelle version du "salon de la maison et de l'objet" aura-t-elle permis  de s'emparer des nouvelles tendances?

 

Publié dans DesignLab

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article