Une exposition pour toutes les femmes : Sophie Calle à la Bnf

Publié le par helene


L'exposition commence par cette introduction écrite par Sophie Calle :
« J’ai reçu un mail de rupture. Je n’ai pas su répondre. C’était comme s’il ne m’était pas destiné. Il se terminait par ces mots : Prenez soin de vous. J’ai pris cette recommandation au pied de la lettre. J’ai demandé à cent sept femmes – dont une à plumes et deux en bois –, choisies pour leur métier, leur talent, d’interpréter la lettre sous un angle professionnel. L’analyser, la commenter, la jouer, la danser, la chanter. La disséquer, l’épuiser. Comprendre pour moi. Parler à ma place. Une façon de prendre le temps de rompre. A mon rythme. Prendre soin de moi. »
Le visiteur entre ensuite dans la salle Labrouste de la BNF, une salle de lecture magnifiquement décorée avec ses tables de travail, sculptures et peintures. Néanmoins, la salle a été vidée en 1998 au profit du site François Mitterrand, les étagères et casiers vides témoignent des richesses auparavant entreposées. Sophie Calle a donc pris possession de cet espace dépossédé pour l'investir de sa tristesse. Les visiteurs, composés majoritairement de femmes, sont invités à partager sa détresse en lisant écoutant, regardant, analysant les différentes interprétations de la lettre. Les réponses sont parfois drôles, "Il se la pete" réponse donné par une ado, souvent professionnelle, avocats, sexologues, journalistes, voyantes... ont considéré Sophie Calle comme une cliente, et toujours émouvante, en particulier la réponse de la mère qui cherche à réconforter sa fille.
J'ai été touché par la sensibilité de cette exposition qui provoque une atmosphère de recueillement chez toutes les femmes présentes, chacune se souvenant de ses ruptures passés...

A voir à la BNF sur le site Richelieu jusqu'au 15 juin.
Voir toutes les informations.

Publié dans Expositions

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article