Mai 68: 40 ans marqués à la mairie du 18ème.

Publié le par al!ce

La mairie du 18ème propose en ce moment une exposition très réussie autour de mai 68 côté "vie quotidienne" plutôt que côté "contestation". L'exposition reconstitue un appartement tel qu'il l'était à cette époque, cuisine, salon, et chambres sont recréés à l'identique et on y croit! J'imagine que la plupart des objets ont été chinés, et tout est parfaitement choisi: les meubles en formica de la cuisine, les papiers peint des chambres, les tissus, les accessoires, les vêtements posés ça et là, la télé allumée sur Dim, Dam, Dom, l'émission culte.
Chaque pièce est illustrée d'une bande sonore qui donne l'état d'esprit de ses occupants.
Un instant on partage le quotidien de cette famille, on investit les lieux, on s'assoit au bureau de la fille, sur le lit du garçon, partage le canapé familial.
Dans la cuisine, pièce centrale, chaque membre est décrit, et on a le profil d'une famille type :
" Le père est ouvrier dans une petite usine en banlieue, il fait grève pour la première fois.
La mère est solidaire de son mari mais a peur. Dans leur cuisine en formica ils aiment écouter les tubes de 68.
La fille a 20 ans, elle est étudiante à la Sorbonne et fait parti du comité de grève. Elle écoute le premier 45 tours de Gérard Manset "Animal on est mal", ainsi que Françoise Hardy, ou "Dream a little dream of me" chanté par Mama Cass.
Leur fils a 26 ans, il est ouvrier chez Renault, militant communiste depuis 4 ans. Il est bien sûr en grève. Dans sa chambre il écoute aussi bien Jacques Dutronc « Il est 5 heures Paris s’éveille » que Steppenwolf « Born to be wild ». "


Autour de l'appartement, des documents d'archives sont diffusés sur une télé d'époque, et des vitrines racontent la contestation et le quotidien à travers des chansons et objets mythiques, 45 tours, guitares électriques, transistors...

Dû à son succès l'exposition sera prolongée jusqu'au 5 juillet.

Et pour faire le lien avec 2008, vous apprécierez ce dessin envoyé par Nico:



Publié dans Expositions

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article