Le parc des félins de Nesles (seine et marne)

Publié le par al!ce


PB052021-copie-1.JPG
Je n'ai jamais aimé les zoos, ni les cirques, ni les aquariums.
Je ne jamais eu plaisir à rire d'animaux sauvages à qui on apprend à sauter dans un cercle de feu, ou bien à les épier dans leur prison: c'est chouette un ours polaire sur une banquise en béton.
J'ai toujours trouvé ça humiliant.
Cependant je me suis rendue dans ce parc ne conservant qu'exclusivement des félins. J'avais lu un article plutôt rassurant et le jour même j'entendais à la radio un reportage sur ce même parc.
Le ticket de 12 euros allait soit cautionner le pire soit encourager une bonne initiative.

Le parc propose trois parcours regroupant par continents les espèces typiques (Asie, Amérique, Afrique).
Première impression: l'environnement. Le lieu mérite le nom de parc puisqu'il est implanté sur un domaine forestier gardé volontairement très brousailleux, ne subissant pas de taille massive par soucis de conserver l'éco-système de cette forêt.

Le premier contact se fera avec l'enclos des guépars. Trois animaux sont là vaquant à leurs "occupations". Ne se souciant du passage humain. Ils sont d'ailleurs très loin dans leur enclos, on les distingue à peine dans les herbes hautes.
Pour chaque enclos, un panneau descriptif explique qui sont les individus, l'espèce, la provenance, le programme de protection dont il bénificie, ainsi que l'aménagement paysagé. En effet chaque espèce aura son enviromment propre. Les guépars des herbes hautes, quelques arbres, un enclos plutôt en longueur leur permettant de courrir, les tigres auront des arbres serrés permettant de se cacher, des troncs abatus...

Le parc met l'accent sur l'environement, respectant le caractère de chaque espèce. Il n'est pas question de faire du spectacle, si l'animal préfère être à couvert et bien tant pis pour le visiteur. Il s'agit vraiment d'observation, on doit chercher, attendre et peut etre enfin voir un peu de pelage.
Du coup on a plutôt la sensation d'un comportement sain, jamais les animaux ne cherchent le contact, ils ne vous regardent pas, ils vous ignorent.
Essayez de les appeler, de les siffler, ils partiront agacés.

Nous sommes arrivées au moment du repas. Un camionette fais le tour des enclos et distribue poule, boeuf, cochon d'inde, souris, rat.... Et tous ça encore à l'abri des visiteur. Encore une fois il ne s'agit du montrer le fauve déchiquetant une épaule de boeuf. Les soigneurs amènent ds un box couvert la nourriture, puis permettent aux animaux d'entrer. Et là encore, le côté sauvage de l'animal est entretenu. Example avec les  lynx: les 2 matous ont attendu un temps infini que la camionette s'éloigne, puis se sont approchés avec d'énorme précautions dans le box. Ils ne sont d'ailleurs pas nourris tous les jours afin de garder leur rythme biologique. Il faut le moins possible les apprivoiser.

La parc a pour vocation la reproduction et la protection des espèces et parfois la réintroduction malgrès tout assez rare puisque c'est aussi l'environnement des animaux qui est massacré, notamment la déforestation.

Finalement je suis ressortie plutôt rassurée de l'action du parc, des animaux sains, ayant des conditions de vie le plus naturel possible, même si évidement tout cela reste une belle prison bien aménagée...

Publié dans Parlons écologie !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

al!ce 07/11/2007 00:07

et bien ils seront là comme témoignage du passé... de comment c'était "avant". Imaginons que l' Homme devienne très responsable au bout de plusieurs décennies, que la nature est repris ses dorits, je doute alors que les espèces gardées en captivité durant des générations soient capables de survivre à nouveau à l'état sauvage.Un gardien du parc nous disait que dans l'état actuel des choses, le tigre n'a que 20 ans avant son extinction totale. Autant dire que c'est pour demain. C'est misérable....

helene 06/11/2007 22:47

Bel article qui relance le débat sur le bien fondé des zoos. C'est vrai que les conditions paraissent les plus optimaux possibles mais que feront nous avec ces animaux une fois que l'on aura fini de massacrer leur habitat naturel ? Y-a-t-il une réponse à cette question ?